Syndrome des jambes sans repos, quelle prise en charge ?

Fév 10, 2020 par

Environ 8,5 % des Français sont touchés par un syndrome des jambes sans repos et 2 % présentent des symptômes plusieurs fois par semaine. Cette affection peut considérablement altérer la qualité de vie des patients. Lors du dernier congrès de la Société Française de Rhumatologie qui a récemment eu lieu à Paris, des experts ont rappelé les recommandations actuelles de prise en charge des impatiences.

pec-jambes-repos

Le syndrome des jambes sans repos ou impatiences

Le syndrome des jambes sans repos, encore appelé des impatiences, se développe généralement à l’âge adulte, le plus souvent en lien avec des antécédents familiaux. Si les symptômes sont le plus souvent légers à modérés, cette affection peut considérablement nuire à la qualité de vie des patients et impacter profondément leur vie personnelle et professionnelle.

Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos est établi sur la base de paresthésies profondes, associées à cinq caractéristiques fondamentales :

  • Un besoin impérieux de bouger les membres inférieurs, en raison de sensations inconfortables et/ou désagréables ;
  • Des membres supérieurs rarement touchés ;
  • Des symptômes survenant majoritairement le soir et la nuit ;
  • Une apparition ou une dégradation en cas de repos ou d’inactivité ;
  • Un soulagement voire une disparition en marchant ou en s’étirant.

Du diagnostic à la recherche d’une cause éventuelle

Le syndrome des jambes sans repos est étroitement associé à des troubles du sommeil, des mouvements nocturnes et périodiques des jambes, mais aussi au syndrome dépressif. Des outils diagnostiques spécifiques ont été développés et permettent d’éliminer d’autres affections provoquant des symptômes proches.

La recherche de la cause du syndrome des jambes sans repos est une partie incontournable de la prise en charge. Certaines situations sont en effet associées aux impatiences et permettent de mieux soulager les symptômes :

Une prise en charge personnalisée pour améliorer la qualité de vie

La prise charge à proprement parler vise à améliorer la qualité de vie du patient. Elle est donc personnalisée et prend en compte ses plaintes et ses attentes. Plusieurs axes peuvent être développés de manière complémentaire :

  • Des mesures hygiéno-diététiques : limiter les excitants, faire des massages des jambes, pratiquer des exercices d’étirement (stretching) ou du yoga, utiliser des activités culturelles pour s’occuper l’esprit, etc. ;
  • La correction des éventuelles carences, comme la carence en fer ou la carence en vitamine D ;
  • Le recours à certaines médecines douces, comme l’acupuncture, même si son efficacité reste peu démontrée ;
  • Un traitement médicamenteux pour réduire les symptômes ;
  • La prise en charge des troubles du sommeil, avec un médecin spécialiste du sommeil ;
  • Le traitement des douleurs, en lien avec un neurologue ou un centre de gestion de la douleur.

Plusieurs classes de médicaments peuvent être utilisées dans le traitement du syndrome des jambes sans repos, en fonction de la situation du patient :

  • Des agonistes dopaminergiques réservés aux formes sévères ;
  • Des benzodiazépines ;
  • Des médicaments antalgiques (opioïdes) ;
  • Certains anticonvulsivants, en cas d’impatiences douloureuses.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Congrès de Rhumatologie SFR 2019 – Rappels de prise en charge du syndrome des jambes sans repos. UNIVADIS. Consulté le 29 janvier 2020.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.