Améliorer le sommeil dans le syndrome des jambes sans repos

Avr 23, 2020 par

Le syndrome des jambes sans repos ou impatiences concerne environ 8,5 % des Français, 2 % ayant des symptômes chaque semaine. Cette affection a pour principale conséquence une altération du sommeil, impactant la vie personnelle, sociale et professionnelle. Progressivement, des unités du sommeil se développent en France pour répondre aux besoins et aux attentes des patients. Explications.

sjsr-sommeil

Syndrome des jambes sans repos et troubles du sommeil

Les symptômes du syndrome des jambes sans repos, ou impatiences, se manifestent lorsque le patient est en position de repos et allongé, donc généralement au cours de la nuit. Ces signes entraînent un besoin pressant et irrépressible de se lever et de marcher pour bouger les membres inférieurs.

De tels symptômes provoquent systématiquement des troubles du sommeil, qui altèrent considérablement la qualité de vie des patients concernés. Depuis quelques années, se développent un peu partout en France des unités du sommeil, destinées à détecter, à diagnostiquer et à prendre en charge les troubles du sommeil, notamment ceux provoqués par le syndrome des jambes sans repos.

Des unités de soins dédiés aux troubles du sommeil

Ces unités du sommeil comptent généralement dans leurs patients des personnes de tous les âges (entre 19 et 70 ans) et de toutes les catégories socio-professionnelles. Les professionnels y prennent en charge des patients présentant des troubles du sommeil liés à différentes pathologies, comme :

  • L’apnée du sommeil ;
  • L’insomnie ;
  • Le syndrome des jambes sans repos.

Le plus souvent, les patients sont adressés aux unités du sommeil par leur médecin traitant, un médecin spécialiste ou encore le médecin du travail. Dans une moindre mesure, certaines personnes se présentent d’elles-mêmes dans ces services. Majoritairement, les troubles du sommeil durent depuis de longs mois et n’ont pas été pris en charge de manière efficace. L’objectif des unités du sommeil est alors de restaurer autant que possible un sommeil naturel, sans somnifères ou psychotropes.

Une prise en charge personnalisée et adaptée

Après la première consultation, sont généralement prescrits des examens complémentaires, comme un test de vigilance ou un enregistrement polysomnographique. Ces examens permettent le plus souvent d’identifier la cause des troubles du sommeil et de mettre en place une prise en charge adaptée au cas de chaque patient.

À savoir ! Le test de vigilance permet d’évaluer la capacité d’endormissement du patient. L’enregistrement polysomnographique, ou polysomnographie ou polygraphie du sommeil, consiste à enregistrer plusieurs paramètres physiologiques au cours du sommeil du patient.

Un sommeil en quantité suffisante et de bonne qualité est indispensable pour rester en bonne santé. Une prise en charge spécifique des troubles du sommeil liés au syndrome des jambes sans repos dans une unité du sommeil dédiée est essentielle pour améliorer la qualité de vie et l’état de santé des patients.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Unité du sommeil : le centre qui dissèque vos nuits. RÉPUBLICAIN LORRAIN. Consulté le 5 mars 2020.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.